Qui sommes nous ?

A L ORIGINE DE LA MOBILISATION
De nombreus-e-s militant-e-s se sont interrogé ces dernières années sur les suites à donner aux mobilisations anti G8/G20, mais aussi de manière plus générale après d’autres types de rassemblement de type « contre sommet » : Strasbourg en 2009 ou Bruxelles en 2010 ( dissent-fr.eu/spip.php?article5 et bxl.indymedia.org/articles/448 et enjoybrussels.noblogs.org/english-4/). Début 2010 le réseau Dissent! organise un Militant Reflection Tour en France et en Allemagne pour réfléchir collectivement à de nouvelles formes de mobilisations internationales. Partout le bilan est globalement pessimiste sur les capacités actuelles que nous avons à empêcher physiquement la tenue d’un sommet. Par ailleurs beaucoup s’interrogent aussi sur nos possibilités de profiter des villages autogérés organisés à ces moments tant ils se vivent dans l’urgence face à la pression policière et, par nécessité, dans la spécialisation (les activistes n’ayant pas de fait le temps de participer réellement à la vie autogérée du village).
LA PREMIERE REUNION INTERNATIONALE
Fin novembre 2010, dans la suite logique de l’introspection initiée lors du Militant Reflection Tour, une rencontre est organisée à l’espace autogéré́ des Tanneries à Dijon. Il s’agit de discuter de la possibilité́ d’organiser une mobilisation face aux deux sommets prévus en France en 2011 : le G8 (26-27 mai, Deauville) et le G20, (Cannes, début novembre).
Il est acté de rompre avec la logique des contre sommets traditionnels et d’affirmer au contraire notre volonté de ne pas aller à Deauville.
La première raison est tactique : «  nous ne voulons pas aller exactement là où nous attendront les forces répressives, à l’endroit qu’elles ont choisi et où elles se seront longuement préparées. Les contre-sommets de Strasbourg, Copenhague et Bruxelles ont été instructifs : nous ne voulons pas servir une nouvelle fois d’entraînement aux techniques contre-insurrectionnelles des forces de l’ordre » (Appel de Dijon, http://nog2011.noblogs.org/?page_id=41).
La deuxième raison est politique : « Nous ne voulons pas prendre part, cette fois encore, au grand jeu médiatique et à l’instrumentalisation politique qui s’ensuit. Nous ne voulons plus perdre notre énergie en accordant trop d’importance à des sommets qui, d’impostures en faillites, se décrédibilisent d’eux-mêmes. Le système s’effondre, faisons confiance aux professionnels pour ça, préparons la relève. Notre avenir ne dépend ni de Deauville ni de Cannes ».

Pour cela,nous avons choisi d’adopter la forme d’un reseau temporaire, NoG2011, fondé sur les principes de la charte de L’Action Mondiale des Peuples (http://www.nadir.org/nadir/initiativ/agp/free/pga/hallm.htm) qui permet d’affirmer clairement une identité libertaire et un choix de mode d’action : l’action directe contre toutes les formes de délégation de pouvoir.

 

SE MOBILISER AUTREMENT : LE CHOIX D UNE MOBILISATION EN TROIS TEMPS

Ne pas aller à Deauville ne signifie pas en effet abandonner la contestation du système mais bien au contraire l’intensifier tout en s’orientant vers des formes de lutte plus diffuses et hors de tout contrôle, tournées vers la création concrète d’un réseau de résistances.

Pour cela il a été proposé à Dijon une mobilisation en trois temps :
Des actions décentralisées durant le G8, les 26/27 mai 2011
Un village long qui serait un « entre-sommets » en juillet
Une mobilisation, préparée collectivement durant le village, contre le G20 en novembre.

Militant-e-s anti G8 du réseau Dissent, activistes des No Border et des Camps Action Climat ou Anti-LOPPSI, individu-e-s autonomes et petits groupes affinitaires, Clowns et Raveuses, utopistes de toutes parts, nous affirmons ensemble notre refus clair du capitalisme !

POURQUOI DES ACTIONS DECENTRALISEES ?

« LE G8 EST PARTOUT, NOUS AUSSI ! ATTAQUONS LE LA OU IL SE TROUVE !!! »

Pour ne pas donner plus d’importance aux puissants, pour lutter sur nos lieux de vies plutôt que dans des stations balnéaires transformées en garnison par la police !
Dans l’appel de Dijon « nous appelons des groupes à se constituer dans toutes les régions de France et du monde et à s’organiser localement pour mener des actions décentralisées, dans les lieux et sur les thématiques de leur choix. Actions de blocage des flux économiques ou attaques contre les symboles de l’Etat et du capital, manifestations ou occupations, zones autonomes temporaires, diffusion de textes et de paroles… les possibilités sont nombreuses et nous sommes partout. »
L’objectif est de rendre visible la diversité des actions dont nous sommes capables, de lutter en terrain connu pour mettre en lien luttes locales et contestation globale du système économique actuel, symbolisé pour l’occasion par le G8. Nous souhaitons cette mobilisation internationale, et porteuse d’autres initiatives de ce type par la suite. (appel à actions : nog2011.noblogs.org/?p=294 )

Le premier temps de cette mobilisation, celui des actions décentralisées contre le G8, s’est déroulé les 26 et 27 mai 2011. Dans près d’une trentaine de villes et 6 pays différents, des actions ont exprimé notre refus de ce monde qu’ils prétendent nous imposer (nog8actions.noblogs.org/).

POURQUOI UN VILLAGE LONG ?

Dès Dijon, il est clair pour nous que « si nous remettons en cause la forme classique des contre-sommets, les moments de convergences internationales nous semblent toujours indispensables. Un des principaux intérêts des contre-sommets a toujours été les possibilités de rencontre, d’échanges d’idées et de pratiques, et la vie collective sur des bases égalitaires. Ces moments communs nourrissent nos luttes et nos possibilités d’action, nos réflexions et nos désirs. (…) nous voulons organiser un espace de rencontre et de vie qui sorte de l’urgence, qui nous permette réellement de développer et de solidifier nos réseaux, au-delà des frontières, des cloisonnements de luttes ou de milieux politiques » (http://nog2011.noblogs.org/?p=137).

Le village doit donc remplir différents objectifs :

Tout d’abord nous avons souhaité le faire sur un lieu où se déroule une lutte contre le système économique afin d’affirmer le fait que ce ne sera pas simplement une « université d’été » mais bien un lieu où exprimer concrètement son refus du capitalisme. Il est exprimé dès le départ que le village, contrairement à un village de type contre sommet classique, ne sera pas un lieu pour organiser des actions dans l’immédiat mais sur le long-terme. En effet il nous paraît évident que si le village peut être une force de soutien aux actions des militant-e-s locales, il ne peut prétendre se substituer à eux.
Réaliser des actions décentralisées contre le G8 nous a parut important, pour autant nous avons besoin d’un temps collectif d’analyse « entre-sommets » de ce qui aura été entrepris pour en tirer les conséquences. Le village permet ce temps de partage ainsi que la préparation collective des futures mobilisations internationales, notamment celle contre le G20 en novembre.
Se dégager de la nasse policière permet une réflexion de qualité hors de toute pression ! En éliminant la contrainte du temps, on multiplie les possibilités d’ateliers, débats, échanges pratiques et théoriques concernant nos luttes et nos autonomies. Par ailleurs en prenant l’occasion de se rencontrer et de construire des liens, on renforce ainsi les futures mobilisations !

LA MOBILISATION APRES DIJON

Des réunions ont été organisées régulièrement : à Paris en février puis début avril 2011, à Lyon fin avril 2011. Parallèlement des contacts ont été établis avec des activistes européens et un infotour organisé en Allemagne (avril 2011) a été bien accueilli. En France des contacts s’établissent aussi avec les Caravanes des Résistances et les réseaux de mobilisation qui se sont construits contre la loi LOPPSI.
antiloppsi2.net
La mobilisation s’organise de manière horizontale et différents groupes de travail sont mis en place, préparation des actions décentralisées, préparation village, communication média, legal team, medical team. (https://nog2011.noblogs.org/?page_id=222)

ET LE VILLAGE, ON LE FAIT OU ?

En avril le Comité de Lutte Contre l’Aéroport (http://lutteaeroportnddl.wordpress.com/) propose un terrain sur la Zone A Défendre (zad.nadir.org/), ces 2000 hectares de terrain menacés par la volonté d’y construire un pharaonique aéroport international pour l’agglomération nantaise. Projet inutile, pompeusement dissimulée derrière un verbiage pseudo écologique (ce serait un aéoroport HQE – Haute Qualité Environnementale – Ha Ha)et qui cache mal ses véritables ambitions, développer le business au détriment des habitant-e-s, agrandir la zone bétonnée en rêvant de zones industrielles allant de Nantes à Rennes, imposer un peu plus la loi du fric contre celles et ceux qui veulent juste pouvoir vivre de la terre.

C’est un terrain que plusieurs d’entre nous connaissent bien. Différents collectifs et associations, nombreux et hétérogènes,y luttent depuis 40 ans. Par ailleurs un Camp Action Climat s’y est tenu en 2009. L’envie d’en faire un lieu d’expérimentation de luttes radicales y a émergé. Un appel à occuper la zone y a été conçu, et de nombreuses personnes y ont répondu depuis, contribuant à enrichir la lutte par l’occupation de terrains et maisons rachetées par le Conseil Général, par la mise en place de collectifs autonomes et l’expérimentation quotidienne de modes de vies alternatives et collectives. La lutte locale contre la construction de l’aéroport est vitale (des forages ont encore eut lieu début mai, les travaux pourraient commencer des septembre). Il est donc acté de faire le village en juillet 2011 sur le terrain proposé et de faire en sorte de construire une dynamique collective avec les différents collectifs et individu-e-s en lutte sur la ZAD. Sans prétendre aucunement s’approprier ce combat nous espérons le rendre plus visible et montrer clairement le lien qu’il y a entre ce projet local et le système économique global que nous combattons. En y faisant un village nous espérons pouvoir participer au développement d’infrastructures permettant d’accueillir des personnes voulant s’y installer pour résister activement contre l’aéroport et son monde autoritaire.

JUILLET 2011: LE VILLAGE AUTOGERE SUR LA ZAD, PRENONS LE TEMPS DE CULTIVER NOTRE RAGE!

AGENDA :

1 au 8 juillet- semaine de préparation du village, récupération du matériel sur la ZAD
9 juillet : action d’investissement d’un terrain pour le montage
11 juillet : ouverture officielle du village

Centre de Convergence à Nantes du 1er au 11 juillet :
L’inter-minables – 117 route de Rennes – 44700 Orvault

Ce lieu servira de point d’accueil à toutes les personnes souhaitant s’investir dans la préparation du village. Il est essentiel que le plus de personnes possible soient présentes à ce moment, et surtout pour l’action “reclaim ton village” du 9 juillet.*

PROGRAMMATION:

La première semaine commencera par la mise en place des problématiques centrales:

- bilan des actions décentralisées
– préparation de la mobilisation anti G20
– présentation de la lutte sur la ZAD
– mise en place des infrastructures d’autonomie

Le weekend du 14 au 17 juillet accueillera les 2èmes rencontres du Maquis sur le thème de la convergence des luttes écologiques et sociales (collectifconvergence.blogspot.com).

De nombreux débats seront proposés, n’hésitez pas à en proposer (nog2011@riseup.net)

Par ailleurs l’un des objectifs central de ce Village est d’être aussi un lieu d’échanges de savoir et de pratiques. Tout au long on pourra y trouver des ateliers formation (recyclage d’huile, construction de panneaux solaires, de yourtes…) afin de renforcer notre capacité à être plus autonome du système.

La lutte oui, la fête aussi!
Un espace sera consacré aux concerts et l’expression artistique encouragée! On espère expos et artistes, jongleurs et poètes. Investissez l’espace!

Enfin des structures collectives sont prévues: douches, toilettes sèches, cuisines collectives et bars, espaces relaxation et enfants. Ramenez vos outils, couverts, jouets, et autres trucs en vrac utiles ou futiles…

Venez nombreu.ses aider à finaliser le projet ! Le 9 juillet commencera le montage sur un terrain de la ZAD, pour ouvrir officiellement le 11 juillet. Le village ne fonctionnera que collectivement, emparez vous en, amenez vos ateliers, préparez les débats qui vous tiennent à cœur, faites tourner l’info autour de vous !

POUR TOUT CONTACT : nog2011@riseup.net
Site : gzero.info ou nog2011.noblogs.org